SAISON 2017-2018
Le 23 octobre 2017
A.Menard: «On n’est pas loin»

Pro B (2ème journée) – Le coach Rouennais livre ses impressions après la défaite de vendredi.
 
Après deux succès convaincants en Leaders Cup face au Havre puis Lille, le RMB est tombé sur plus fort vendredi au Kindarena face à un prétendant à la monté directe en Pro A. Forcément déçu mais réaliste, Alexandre Menard souhaite décrocher une victoire rapidement pour valider les copies correctes rendues face à Nantes puis Orléans. Entretien.
 
Alexandre, même diminué l’OLB était trop costaud vendredi soir ?
Alexandre Menard (coach RMB) : « Orléans est une équipe très solide même privée de deux de ses cadres. Je trouve que l’on a souffert physiquement dans la raquette, notamment sur les rebonds offensifs. Malgré tout on arrive à leur faire perdre la balle 19 fois ce qui est très bien, mais ce n’est pas suffisant car on a l’impression que sur les fifty-fifty balls cela ne tournait pas souvent pour nous, comme par exemple sur le dernier panier d’Halilovic où la balle lui retombe dessus et il marque à deux secondes de la fin ; ce sont des petites choses qui font vraiment suer. Je pense que l’on est passé à côté de quelque chose car il y avait vraiment un truc à faire. Mine de rien on gagne deux quarts sur quatre et on fait match nul sur un troisième, c’est le deuxième qui nous coûte très très cher ».
 
Comment expliques-tu ce relâchement soudain dans le deuxième ?
A.M. : « J’ai du mal à l’expliquer. Eux ont très bien insisté là où ça faisait mal quand ils ont joué avec leurs deux grands. C’est à ce moment que nous avons eu de mal à les tenir en un contre un, on n’a pas su faire les fautes ni les traps quand il fallait les faire. Il y a eu des accumulations de naïveté et de jeunesse qui font qu’on ne fait pas les bons choix en attaque ; on se fait battre en un contre un dans l’axe, on perd des rebonds offensifs, on perd des ballons un petit peu bêtement et face à une équipe qui est programmée pour jouer la montée, ça ne pardonne pas ».
 
UNE ÉQUIPE QUI APPREND ENCORE


 
Il n’y a jamais eu un moyen de couper ça sur toute la durée du quart ?
A.M. : « On a essayé quand même pas mal de choses mais ils étaient bien dans leur plan de jeu et on a vraiment eu du mal à les contrecarrer sur ça. Ce fût aussi une semaine un peu particulière pour nous puisque le club a été très réactif et tout le monde a travaillé main dans la main pour trouver un remplaçant à Ovi. On a donc passé du temps pour essayer d’incorporer au mieux Maurice Carter qui a commencé son premier entraînement mercredi. Donc forcément dans l’organisation collective nous avons pêché car on perd 15 ballons pour seulement 12 passes. Maurice en perd 5, je pense qu’il a un peu voulu forcer les choses sur la fin, donc on ne va pas lui en tenir rigueur sur ce coup-là. Encore une fois on manque de discipline parce qu’on pense qu’on peut faire les choses seul en un contre un, et face à des équipes qui sont plus dures que nous comme Nantes et Orléans, à la fin du match on est usés. Notre identité, c’est toujours d’être actifs, de défendre et de courir ; dès qu’on ne court plus, on est en difficulté ».
 
L’équipe n’a jamais trouvé de solutions pour contrer Halilovic ?
A.M. : « Je dirais que le seul qui a réussi à peu près à le défendre c’est Earvine (ndlr : Bassoumba) ; il lui fait perdre un ballon mais ce n’est pas suffisant. On avait prévu des choses sur lui, on a jamais été en mesure de les faire correctement. Je trouve qu’on a vraiment souffert physiquement par rapport à lui, d’autant plus qu’il n’est pas censé jouer 4. Ce que je regrette, c’est qu’on est trop pris par le jeu et on ne réfléchit pas assez ».
 
Quelle réaction attends-tu face à Blois ?
A.M. : « Je pense que Blois fera partie des grosses équipes aussi, donc je ne suis pas du tout rassuré par le fait de les jouer. Cependant je trouve que nous n’avons pas été ridicules face à Nantes, surtout sans meneur de jeu titulaire même si Félix a fait une bonne partie. Face à Orléans même en ayant deux cadres en moins chez eux, je trouve que n’avons pas été ridicules non plus car le premier quart a juste été très très bon et la deuxième mi-temps est tout à fait correcte. Je pense qu’il y a quelque chose, c’est sûr. Mais quand je disais il y a deux semaines que j’aimerais que les joueurs apprennent plus vite et qu’ils soient plus disciplinés, ce n’était pas pour rien. Face à une équipe comme ça, quand tu n’es pas discipliné, et bien tu perds des ballons plus que tu ne fais de passes décisives, tu laisses l’axe 1-5 te démonter et surtout tu as des trous d’air énormes car tu n’es pas capable de souffler et de prendre du recul. Nous avons encore besoin de nous entraîner, encore et beaucoup. J’aimerais qu’on arrive à prendre une victoire ou deux d’ici la trêve internationale pour valider le travail, mais aussi pour montrer qu’on est une équipe qui a encore une marge de progression et qui apprend ».
 
Carter, on le sent attiré vers le panier ?
A.M. : « Il faut qu’il trouve encore sa place car après deux séances d’entraînement, ce n’est pas évident. Je trouve qu’il amène un petit peu de vista au jeu et du danger sur le tir extérieur.  Même si contre Orléans il a un peu vendangé parfois, c’est vrai que c’est aussi lui qui nous ramène. On est à -4 avec deux lancers francs pour nous, là on n’en met qu’un et après Halilovic met son panier un peu miraculeux avec un ballon qui traîne par terre. Mine de rien on se dit qu’on n’est pas loin, et Maurice fait aussi partie de ceux qui nous ont ramené dans le coup, on ne peut pas lui jeter la pierre, il doit encore s’intégrer ; comme c’est un ‘’vétéran’’ pour le coup je pense que cela ira plus vite ».




 


RETROUVEZ-NOUS ÉGALEMENT SUR
        

 Photos: Ann-Dee Lamour / CDP Media - FLOHIC Romain